LES ECHANGES ERASMUS EN SUISSE

Soledad Perez, Claudio Bolzman

Resumo


Le 5 juin 2002, à l’Université de Genève, les échanges Erasmus ont fêté leurs dix ans comme dans toute l’Europe. Des étudiants et des enseignants de trois hautes écoles genevoises (Université de Genève, Institut d’études sociales (IES), Ecole supérieure des arts visuels ont pu faire-part de leurs pratiques et observations dans le cadre des échanges européens. Outre l’aspect festif et ludique, cette journée a été également l’occasion de faire le point sur la participation de la Suisse. Il faut rappeler que la Suisse n’est plus membre d’Erasmus depuis 1995. Faisant suite au refus par votation populaire (le 6 décembre 1992) de l’adhésion à l’Espace Economique Européen (EEE), l’accord officiel entre la Suisse et l’Europe est devenu caduc trois ans après ; Pour trouver une place dans ces échanges, la Suisse a négocié un accord transitoire que nous appelons « association silencieuse». Dans une première partie, nous définirons le concept d’échanges lié à deux autres concepts qui sont l’altérité et l’équité. Le croisement de ces trois concepts apporte, selon nous, des dimensions intéressantes quant aux contexte socio-économique et éducatif des participants à ces échanges Erasmus. En deuxième partie, nous étudierons la situation des échanges Erasmus en Suisse et plus particulièrement à l’Université de Genève et à la future Haute Ecole spécialisée Sociale-Santé de la Suisse occidentale (HESS2), deux institutions tertiaires suisses, l’une à tendance académique et l’autre à tendance professionnelle même si les deux organisations développent les deux dimensions. Nous avons choisi la Section des Sciences de l’Education (SSED) de la Faculté de Psychologie et des Sciences de l’Education de l’Université de Genève et l’Institut d’Etudes Sociales (IES) de la Haute Ecole spécialisée Sociale- Santé de la Suisse occidentale (HESS2 qui participent aux échanges Erasmus. En troisième partie, nous nous intéresserons aux statistiques pour comprendre les flux d’étudiants suisses partant pour l’étranger et d’étudiants européens venant à Genève. En quatrième partie, nous nous demanderons quelles sont les incidences du processus de Bologne sur les échanges Erasmus Enfin, nous conclurons notre contribution par une perspective de recherche.


Texto completo:

PDF

Referências


Bolzman, C. 1993. Construction européenne, assimilationnisme et citoyenneté. Réflexions sur la place des étrangers résidant dans l’espace européen. In Caloz-Tschopp, M.C. et al. (Ed.), Europe : montrez patte blanche !, Publicetim, Genève, 385-394.

Bolzman, C., Fibbi, R. & Vial, M. 2002. « Secondos ». Le processus d’intégration des jeunes issus de la migration en Suisse. Zurich : Ed. Seismo.

Bureau Erasmus Suisse. 2002a. Erasmus-Programm in der Schweiz. Berne. 3.4.02.

Bureau Erasmus Suisse. 2002b. Journée d’action du 5.6.02. Berne.

Calderon, C. 2000. Formation aux échanges. Pratiques d’échanges. In Groux, D. & Tutiaux-Guillon N. (Eds). Les échanges internationaux et la comparaison en éducation. Pratiques et enjeux. Paris : L’Harmattan. Conférence des Recteurs des Universités Suisses (CRUS). 2001-2002. Rapport intermédiaire « Déclaration de Bologne ». www.crus.ch/docs/

Eckmann, M. 1998. Instensivseminaire als Erlebnisprozess zu Identität und Mindereheiten in Europa. In Hamburger, F. (Ed.), Faszination und Realität des Interkulturellen, J.Gütenberg Universität Mainz. Eckmann, M., Bolzman,C. 2001-2002. Quelle place pur l’interculturel dans

la formation des travailleurs sociaux? In Ecarts d’identité. Grenoble : n.98. 37-41.

Heaton-Harris. 2000. Enquête sur la situation socio-économique des étudiants Erasmus. Bruxelles : Commission européenne.

Kohler-Bally, P. 2001. Mobilité et plurilinguisme. Fribourg : Editions universitaires Fribourg.

Kühne, K. 1997. I seminari intensivi : una forma di insegnamento per raggiungere la competenza culturale ? In Bolognari, V. & Kühne, K. (Eds.). Povertà, migrazione, razzismo. Bergamo : edizioni junior, 175-192.

Kühne, K. 1999. Communication in international exchanges. In Chytil, O & Seibel F. (Eds) European Dimensions in Training and Practice of Social professions. Boskovice: Verlag ALBERT, 214-216.

IES. 2002. Programme d’études. Genève : IES.

IES. 2002. Statistiques 1996-2002. Genève : IES.

La Borderie, R. 2000. L’art du voyage : repères pour la comparaison. In Groux, D. & Tutiaux-Guillon N. Les échanges internationaux et la comparaison em éducation. Pratiques et enjeux. Paris : L’Harmattan.

Murphy-Lejeune, E. 2000. Mobilité internationale et adaptation interculturelle : les étudiants voyageurs européens. Nancy : INRP.

Nägeli, R., Bologna-Reform und Mobilität, Conférence aux responsables Erasmus des Universités et Hautes Ecoles suisses, Berne, le 17.2.02.

Nations-Unies. 1995. Guide sur la tolérance. Genève : Nations-Unies.

Office fédéral de l’éducation et de la science (OFS), ERASMUS Hochschulvertrag : Zahlen & Fakten, Berne, 17.6.2002.

Perez S. 2002. Le concept de tolérance dans les textes internationaux in Groux, D. 2002. L’éducation à l’altérité. Paris : L’Harmattan.

Perez, S. Groux, D. & Ferrer, F. 2001. Les relations entre l’éducation comparée et l’éducation interculturelle in Dasen, P. R. & Perregaux, C. Eds, Pourquoi des approches interculturelles en sciences de l’éducation ? Raisons éducatives, Bruxelles : De Boeck Université.

SSED. 2002. Guide de l’étudiant. Genève : SSED.

SSED. 2002. Statistiques. Genève : SSED.

Université de Genève. 2002. www.unige.ch/formev/polform/suisse.html

Union Européenne.2001. Rapport sur la Déclaration de Bologne. Bruxelles: UE.

Vincent, O. 2002. Les échanges Erasmus. Université de Genève, rectorat de Genève (groupe IRUS).

Weber, P. 1999. Communications et Coopérations interculturelles, internationales et interprofessionnelles. In Chytil, O & Seibel F. (Eds). European Dimensions in Training and Practice of Social professions. Boskovice :Verlag ALBERT, 294-303.




DOI: http://dx.doi.org/10.7213/rde.v3i7.4915

Apontamentos

  • Não há apontamentos.




Direitos autorais 2017 Editora Universitária Champagnat